Le Bouddha a-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens ?

 

Souvenirs de la vie de novice de Thây (5)

Ce récit est le cinquième de la série des souvenirs de la vie de novice de Thây au temple Tu Hieu de Huê.

 

offrande de l’encens

 

Mon maître m’a appris à allumer un bâton d’encens. Dans mon temple, quand j’étais novice, nous offrions de l’encens au Bouddha plusieurs fois par jour et je me demandais souvent: “Le Bouddha a-t-il vraiment besoin d’encens?”

Je ne sais pas si le Bouddha a besoin d’encens, mais en tout cas nous lui en offrons!

L’acte d’allumer l’encens est un acte spirituel. Nous cultivons le calme, la stabilité et la concentration. Lorsque nous offrons de l’encens, il est important de revenir à nous-même par la respiration consciente. En suivant notre respiration, nous ramenons notre esprit chez nous, dans notre corps, et prenons pleinement conscience de ce que nous faisons. Même si le bâtonnet d’encens n’est que très léger, mon maître m’a appris à le prendre à deux mains. L’idée est d’investir tout notre être dans cet acte: tout notre corps et notre esprit sont unis dans cette seule action.

Nous savons qu’un arbre a des racines profondes dans la terre et que l’eau prend sa source au sommet des montagnes. Nous aussi, nous avons nos racines et notre source; l’autel ancestral nous rappelle que l’essence de notre vie provient de cette source. En offrant de l’encens sur l’autel des ancêtres, nous avons l’occasion d’entrer en contact avec nos ancêtres dans chaque cellule de notre corps.

Ce que mon maître m’a enseigné, c’est à investir l’énergie de la pleine conscience, de la concentration et de la vision profonde en allumant un bâton d’encens. Lorsque votre corps et votre esprit ne font qu’un dans le moment présent, c’est l’énergie de la pleine conscience. Et quand vous êtes complètement attentif à ce que vous faites, c’est l’énergie de la concentration. Avec l’énergie de la pleine conscience et de la concentration, la communication entre vous et vos ancêtres devient possible dans chaque cellule de votre corps.

écrit par Thich Nhat Hanh

Si ce texte vous a plu, vous pouvez lire aussi

Un souvenir de novice

La méditation de la mandarine

Laver la vaisselle

Poèmes pour des héros

Tagged with: , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Top