Soutra du Bonheur

Ainsi ai-je entendu le Bouddha enseigner, un jour où il demeurait encore au au monastère d’Anathapindika dans le parc de Jeta, non loin de Shravasti. Ce jour là, tard dans la nuit, un dieu apparut et rendit visite au Bouddha. Sa beauté et son rayonnement illuminèrent tout le parc. Après s’être incliné devant le Bouddha avec respect, le dieu le consulta en lui récitant un poème :

« Nombreux sont les dieux et les hommes

Qui désirent savoir ce qu’est le vrai bonheur,
Menant à une vie saine et paisible.
Je vous prie, O Honoré-par-le-Monde, enseignez-nous. »

Et voici la réponse du Bouddha :

« Vous tenir loin des malfaiteurs,
Vivre en compagnie de sages,
Vénérer ceux qui sont dignes d’être honorés,
Ceci est le plus grand bonheur.

Vivre dans un bon environnement,
Pouvoir planter de bonnes graines,
Et suivre un bon chemin,
Ceci est le plus grand bonheur.

Avoir une éducation et un bon métier,
Savoir pratiquer le Vinaya

 

Et utiliser la parole aimante,
Ceci est le plus grand bonheur.

Prendre soin de vos parents,
Chérir votre famille,
Exercer une profession qui vous convient,
Ceci est le plus grand bonheur.

Vivre dans la droiture et la générosité,
Aider vos parents proches et lointains,
Vous comporter d’un manière irréprochable,
Ceci est le plus grand bonheur.

Vous abstenir de faire le mal,
De prendre de l’alcool et de la drogue,
Faire toujours le bien, aussitôt que vous le pouvez,
Ceci est le plus grand bonheur.

Être humble, poli et reconnaissant,
Vous contenter de peu,
Ne pas manquer une occasion d’apprendre le Dharma,
Ceci est le plus grand bonheur.

Être persévérant, se transformer et progresser dans la bonne direction,
Être proche des moines et des moniales,
Assister aux discussions du Dharma pour apprendre,
Ceci est le plus grand bonheur.

Vivre dans la vigilance et la pleine conscience,
Apprendre les vérités profondes et merveilleuses,
Faire l’expérience du Nirvana,
Ceci est le plus grand bonheur.

Vivre dans la société
Sans jamais avoir le cœur affecté par celle-ci,
Demeurer dans la paix, toute souffrance éteinte,
Ceci est le plus grand bonheur.

La personne qui arrive à vivre ainsi
Sera en sécurité où qu’elle aille,
Sera solide où qu’elle arrive,
Car le plus grand des bonheur vient d’elle-même. »

(in “Chants du Coeur”, Thich Nhat Hanh, trad du Mahamangala Sutta, Sutta Nipata II, 317 p., 2009, Ed Sully)