« Quand la graine est prête à germer, cela se manifeste. »

La Sangha de Maresme au temps du Coronavirus. 

Un témoignage de Pep Rafols

La crise que nous traversons est pour moi une expérience de vie très précieuse et utile, à la fois à un niveau personnel (où je fais face à la possibilité de tomber malade et/ou mourir), dans l’environnement familial (ma famille prend soin de trois grands-mères âgées), dans la sphère sociale (où nous faisons preuve d’affection et de solidarité envers les voisins, les amis et les collègues) et dans le milieu professionnel (je continue de me rendre à mon travail, où je soutiens des personnes qui ont été mises en quarantaine après avoir été exposées au virus).

Il y a quelques jours, j’ai envoyé à tous les membres de la sangha une vidéo les invitant à partager le Dharma. Je leur ai proposé d’enregistrer leur partage chez eux en commençant par méditer,  ensuite préparer l’arrière-plan avec soin, et enfin parler avec confiance comme si la sangha était en face d’eux. J’ai aussi préparé un audio dans lequel je les invite à enregistrer leur propre voix et à partager leurs expériences sur la façon dont s’organise leur vie pendant le confinement. Je les ai invités à chanter, danser, parler et rêver. J’ai suggéré d’oser rejoindre la conversation générale et exprimer nos propres expériences, nos peurs et nos joies.

A présent, la sangha est connectée, nous partageons en ligne des vidéos, des enseignements, des chansons et la présence aimante de chacun. Par ailleurs, nous participons à la grande sangha espagnole dans ses sessions en ligne du dimanche soir.

A propos de la Sangha de Maresme

La Sangha de Maresme est née il y a 14 ans. Deux de ses fondateurs, Andreu Majó et Jesus Pruna, ont découvert le Village des Pruniers au début des années 1990 et sont souvent venus pour les retraites d’été. En 2005, Josep Rafols (connu de ses amis et de la sangha sous le nom de « Pep ») est venu au Village pour la première fois, et en 2006, ils créèrent tous les trois la Sangha de Maresme (Maresme fait partie de la région de Barcelone sur la côte de la Catalogne en Espagne). Voici ce que Pep a raconté récemment : « En 2006, nous avons décidé de réunir une sangha pendant un mois. Quinze ans plus tard, la sangha prospère. Une preuve que quand une graine est prête à germer, ça se manifeste. L’histoire de la Sangha de Maresme a un heureux passé, un présent solide et un futur excitant. » 

Photo (prise avant la crise du Covid-19) : Pep Rafols

La Sangha de Maresme compte environ 40 membres, même si tous ne viennent pas chaque semaine. En revanche, comme le note Pep, « Tout le monde reste relié à la sangha. Certaines personnes reviennent après des années d’absence… ». Outre les réunions hebdomadaires, la sangha accueille des Journées de pleine conscience plusieurs fois par an, ainsi que des ateliers, de plus en plus fréquents, non seulement pour la Sangha de Maresme mais aussi pour toutes les sanghas locales de la région. Ces réunions sont souvent guidées par Luis Del Val, un enseignant du Dharma local très estimé.

La Sangha de Maresme dispose non seulement d’une pièce qui est réservée à ses sessions hebdomadaires mais aussi d’un espace plus vaste destiné aux réunions de la grande communauté bouddhiste de Catalogne et dès lors également disponible pour des évènements impliquant d’autres sanghas ou des pratiquants dans la tradition de Thich Nhat Hanh.

Au-dessus de la salle de réunion se trouve un appartement dans lequel les monastiques peuvent résider lorsqu’ils viennent offrir des retraites ou des séminaires, ou faire une retraite en solitaire.

Chaque semaine, un facilitateur différent guide la session, pendant laquelle la sangha suit les pratiques traditionnelles du Village des Pruniers : méditation, marche méditative et partage sur le Dharma, ainsi que l’écoute d’enseignements de Thich Nhat Hanh sur YouTube ou en DVD. Comme certains membres et facilitateurs d’origine étaient artistes, la première partie de la session hebdomadaire comporte souvent un moment d’expression artistique : danse, musique, mouvements du corps, art sous différentes formes. « C’est ainsi que nous « atterrissons », ralentissons, que nous nous posons dans un forme d’ancrage pour le début de la session » explique Clara Roset, membre de la sangha. Membre de l’Ordre de l’Inter-Etre, Clara décrit la Sangha de Maresme comme étant « un point de référence dans notre région. Un lieu de rassemblement pour les autres sanghas locales qui participent aux ateliers et aux Journées de pleine conscience. Très active, ses portes sont toujours ouvertes aux propositions, et Pep est un moteur pour notre communauté, proposant, soutenant et animant des événements. »

Photo (prise avant la crise du Covid-19) : Pep Rafols

En 2014, après près d’un an de préparation, des membres de la Sangha de Maresme ont apporté leur aide à l’équipe qui organisait dans la région une grande tournée de Thich Nhat Hanh accompagné de 70 monastiques du Village des Pruniers. Le groupe a d’abord dû se rassembler, partager à propos de ses peurs et des tâches à accomplir, pour ensuite réaliser la joie et la richesse du travail qu’ils s’apprêtaient à mettre en oeuvre. Ceci fut la graine d’un effort pour soutenir de nouveaux facilitateurs. Plus tôt la même année, le groupe avait rassemblé 40 facilitateurs appartenant à 21 sanghas pour une Journée de pleine conscience spéciale. 

L’événement fut ainsi un grand succès, durant lequel Thich Nhat Hanh et les monastiques du Village des Pruniers visitèrent des sanghas locales, des Journées de pleine Conscience et une école Wake Up. A la fin de l’événement, plus de 3000 personnes participèrent à une marche méditative dans les rues de Barcelone. La Sangha de Maresme espère pouvoir organiser cette année un week-end de retraite pour reproduire ce premier rassemblement de facilitateurs. A terme, la sangha aspire à devenir un centre de référence pour l’étude et le partage des enseignements de Thich Nhat Hanh en Catalogne.

Depuis longtemps, la sangha a pris l’habitude d’adapter ses pratiques en tenant compte à la fois des talents de ses membres et du milieu culturel dans lequel elle existe. Par exemple, la société et la culture espagnoles étant très catholiques, la sangha a intégré, particulièrement autour de Noël, des histoires et des textes chrétiens dans les enseignements de la pleine conscience dans la tradition du Village des Pruniers.

Photo (prise avant la crise du Covid-19) : Pep Rafols

Au fil des ans, les membres de la Sangha de Maresme ont, comme les membres de la plupart des familles, partagé beaucoup de moments très personnels : des naissances, des mariages, des décès. En 2017, Andreu Majó, membre très aimé et l’un des fondateurs de la sangha, est décédé, et la sangha a célébré sa continuation avec une très belle cérémonie. Comme beaucoup de membres de la Sangha de Maresme, Majó était à la fois catholique et pratiquant bouddhiste de longue date. Et tout comme pour d’autres membres de la sangha, ces pratiques n’étaient pas pour lui contradictoires mais complémentaires. Si sa foi catholique était pour lui fondamentale, les enseignements du bouddhisme l’ont aussi profondément aidé dans sa vie quotidienne, chacun de ces deux refuges spirituels soutenant et enrichissant l’autre. Pep Rafols nous partage  qu’Andreu conciliait sa foi catholique avec la douceur et la compassion des enseignements de Thay. Pep se souvient que les derniers mots qu’il entendit d’Andreu au moment de sa mort étaient qu’il se sentait prêt à aller au paradis, tout en sachant que ce n’était pas cela qui lui apportait la paix. Ce qui le réconfortait véritablement était la compréhension qu’il allait se transformer, continuer et contribuer à une nouvelle conscience.

Clara et Pep

Pour terminer, Pep a partagé que la Sangha de Maresme n’était pas seulement en forme et solide, elle grandit aussi de différentes manières. L’une des expériences les plus émotionnelles de sa vie fut quand sa fille, Clara, rejoignit la Sangha de Maresme. Il a ajouté, non sans fierté, que Clara organisait à présent une sangha Wake Up pour les jeunes adultes de la région.

_______________

A propos de la Sangha de Maresme

La Sangha de Maresme se réunit chaque semaine les jeudis de 20h00 à 21h30. Adresse : Sangha de Maresme, Carrer de Puig 12, 08310 Argentona (Barcelone), Espagne. La sangha accueille également plusieurs fois par an des Journées de pleine conscience ainsi que des ateliers d’approfondissement des pratiques bouddhiques et des enseignements.

Toute personne intéressée pour en savoir plus ou rejoindre la Sangha de Maresme peut contacter Pep Rafols à l’adresse : peprafols@yahoo.es .

Just a simple monk!

One comment on “« Quand la graine est prête à germer, cela se manifeste. »
  1. Anne Marie says:

    Merci pour ce partage encourageant dans la pratique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*