Qui c’est le patron ?

Enseignement offert par Soeur Dieu Nghiêm lors de la retraite pour hommes et femmes d’affaires de juin 2017

Nous sommes tous venus ici parce que nous voulons comprendre ou apprendre comment devenir un leader conscient et compatissant. Peut-être que ceci peut être mieux exprimé dans la question: «Qui est le patron?» Je parle du vrai patron. Qui est le vrai patron dans notre vie? Où notre patron nous conduit-il? Dans quelle direction? Sommes-nous satisfaits de cette direction ou préférerions-nous aller dans une direction différente? Dernier point mais non le moindre: avons-nous un mot à dire? Nous allons faire connaissance avec notre patron et apprendre à bien prendre soin de lui. Si notre patron est heureux, compatissant, patient et bon, alors tout le monde autour de nous le sera aussi.
Certains d’entre vous se rendent au bureau tous les jours et d’autres travaillent à domicile. Le Village des Pruniers est une très grande entreprise, et vous voudrez peut-être savoir qui est le patron. Qui est le vrai patron? Les gens viennent ici et demandent: “Comment faites-vous?” Chaque année, nous accueillons des milliers de personnes lors de nos grandes retraites, ainsi que des personnes qui viennent pratiquer avec nous en dehors de ces grandes retraites. Chaque jour de pleine conscience, nous sommes environ 450 personnes, dont environ 200 monastiques. En tant que résidents, nous sommes les employés qui organisent des retraites pour 400 à 800 personnes tout au long de l’année. Comment pouvons-nous faire cela, encore et encore, année après année? Les retraites continuent de grandir et le nombre de personnes venant au Village des Pruniers pour pratiquer avec nous augmente sans cesse. Comment faisons-nous ça? Nous travaillons de chez nous! Et beaucoup de gens aiment notre maison…


Revenir au présent

Le logo du Village des Pruniers est “Pleine Conscience, Concentration et Vision Profonde”. Au Hameau du Haut, vous pouvez voir le logo sur un vitrail au dessus de l’entrée de la salle de méditation. Pleine Conscience, ça signifie être présent. La Pleine Conscience soutenue, c’est la concentration, et la concentration soutenue nous permet d’approfondir les choses afin de comprendre et de parvenir à un aperçu. Nous pratiquons l’art de vivre en pleine conscience. Dans notre vie quotidienne, nous générons l’énergie de la pleine conscience grâce à notre façon de nous asseoir, notre façon de marcher, notre façon de manger, notre façon de travailler. À chaque instant, nous ramenons notre esprit à notre corps. Notre corps est la maison de notre esprit. Lorsque nous entendons le son de la cloche, notre esprit revient chez nous afin que notre corps soit vraiment présent, et être vraiment présent signifie être attentif. Revenir au moment présent, ramener notre esprit à notre corps, encore et encore.
Lorsque nous ramenons notre esprit chez nous, nous sommes vraiment présents et nous avons un moment de calme, de paix et de clarté. Chaque fois que nous faisons un pas attentif, nous avons un moment de calme, de paix et de vraie présence.
De nos jours, nous recevons beaucoup d’informations. on parle de surcharge d’information. Lorsque le portable a été mis sur le marché, j’ai vu une annonce dans un magazine avec un homme d’affaires debout sur une plage tenant un ordinateur portable. Elle disait: «Nous sommes maintenant disponibles et joignables à tout moment et en tout lieu ! »

«Oh non, où allons-nous? Plus de répit, plus de paix? » Maintenant, nous devons être disponibles et joignables à tout moment, en tout lieu. Un médecin urgentiste doit toujours être disponible et porter un téléavertisseur. Mais savons-nous toujours ce qui est une urgence et ce qui n’en est pas une? Avons-nous besoin d’envoyer un texto maintenant, cette information particulière, à ce moment particulier, à cette personne particulière? Ce faisant, nous contribuons à l’idée que nous devons tous être disponibles, n’importe où n’importe quand. Nous contribuons à nous priver de la liberté et, éventuellement, à la perte de liberté de la personne qui reçoit nos messages.

Notre pratique consiste à revenir à nous-mêmes, à être vraiment présents, à faire ce que nous faisons en liberté et à en profiter. Qu’est-ce qui nous prive de notre liberté? Notre esprit absorbe tout, et tout ce qui entre par nos sens – principalement par nos yeux, nos oreilles et nos pensées – arrose les graines au plus profond de notre conscience. Une graine est un potentiel en nous. Nous avons le potentiel d’être heureux, nous avons le potentiel d’être libres, nous avons le potentiel d’être inclusifs, compréhensifs, compatissants. Nous sommes également potentiellement irritables, en colère et impatients, discriminants et exclusifs. Ce qui entre déterminera ce qui sortira. Si nous ne sommes pas satisfaits de ce qui sort de nous, nous devons être conscients de ce qui se passe en nous.
Une graine est arrosée par le contact entre un objet et nos organes des sens, y compris notre esprit. Le contact est l’une des cinq formations mentales universelles. Quand une formation mentale universelle est présente, les quatre autres sont également présentes. Les cinq formations mentales universelles – contact, attention mentale, sentiment, perception et volonté – sont toujours ensemble et sont présentes dans toutes les formations mentales qui se manifestent. Lorsque nous regardons autour de nous, nous sommes en contact avec de nombreux objets et notre attention est ensuite attirée sur l’un de ces objets. Les objets de notre attention potentiels d’eau ou de semences en nous.
En regardant par la fenêtre, je suis en contact avec beaucoup de choses: des arbres, des voitures, une maison, un vélo, le ciel et l’herbe. À quoi mon attention est-elle attirée? Quand ce sont les voitures, je peux penser: «Oh, pollution: pourquoi ne sont-ils pas venus en train? Nous aurions pu les prendre avec la camionnette de la gare. »Quel genre de graine cette façon de penser arrose-t-elle en moi? Une petite contrariété? J’ai la capacité d’être ennuyé. En me concentrant sur les voitures et en pensant ainsi, j’arrose en moi la graine de contrariété et la renforce ainsi un peu. Cependant, je pourrais aussi regarder les arbres. Ils sont si beaux avec les cerises qui mûrissent. Un cadeau de la terre. L’arbre ne demande rien. Il offre juste son fruit et cela arrose la graine de gratitude en moi. Avec la gratitude présente en nous, nous sommes mieux équipé pour examiner et prendre soin de notre souffrance. Les graines qui sont arrosées davantage par nos organes des sens deviennent plus fortes et ont une chance de se manifester plus souvent en tant que formations mentales. Ils deviennent des énergies d’habitude, les inclinaisons de notre esprit, qui peuvent être soit positives, soit négatives.


Observer nos esprits
C’est très intéressant d’observer notre esprit. Quelle est notre première pensée quand nous nous levons le matin? “Woo hoo, un autre jour!” Ou, “Oh, pas un autre jour!”

Quelle est notre première pensée lorsque nous rencontrons un être cher? “Ah, voici mon amour”. Nous nous sentons heureux de les avoir dans nos vies. Ou si nous avons un petit conflit, nous pouvons penser «Oh non!».

Quelle est notre première pensée quand nous entrons dans le bureau? Quelle est notre première pensée lorsque nous rencontrons un collègue? Cela peut dépendre de la relation que nous entretenons avec ce collègue. Si elle est bonne, nous serons heureux. Si elle n’est pas si bonne, on peut s’énerver. «Oh, voici celui qui crée toujours des difficultés lors d’une réunion. Quoi que nous proposions, c’est toujours «Oui, mais…». Les inclinaisons de notre esprit sont impermanentes, comme tout le reste. Quelle est l’inclination actuelle de notre esprit?
Quelles sont nos habitudes de penser, parler et agir? Nos énergies d’habitude proviennent des inclinations de notre esprit. Quels sont les chemins neuronaux que nous avons parcourus, encore et encore? Quels sont nos chemins neuronaux? Avons-nous un mot à dire pour les créer? C’est ce que nous aimerions examiner lors de cette retraite.
Il y a un contact entre nos organes des sens et divers objets. Notre attention mentale est attirée par l’un des objets et cela donne lieu à un sentiment. Une sensation peut être agréable, désagréable ou neutre. Ce que nous ressentons donne lieu à une perception de l’objet de notre attention, et la volonté est l’impulsion à agir, à accepter ou à rejeter en fonction de la nature de nos sentiments et de notre perception de l’objet. Cela se produit tout le temps en chacun de nous et c’est ce processus qui provoque les inclinations de notre esprit. Laissez-nous pratiquer être en contact. Nous sommes actuellement en contact avec de nombreux sons: il y a un petit bruissement, il y a le son du haut-parleur et le son de la cloche retentit. Laissez-nous choisir le son de la cloche. Faites attention au son de la cloche et ramenez votre esprit à votre corps.

Attention appropriée
L’attention mentale peut être de deux types: une attention appropriée (yoniso manaskara) ou une attention inappropriée (ayoniso manaskara). Quelle est la différence entre une attention appropriée et une attention inappropriée? Une attention appropriée consiste à choisir un objet d’attention conduisant au bien-être: notre propre bien-être, le bien-être d’autrui, de la société, du monde et de la Terre mère. Une attention inappropriée consiste à prêter attention à un objet qui mène au mal-être de nous-mêmes et des autres, de nos proches, de nos collègues, de la société, du monde, de notre environnement et de notre planète.
Parce que nous avons besoin d’arbres pour survivre, prêter attention à un arbre conduit à: “Oui, c’est merveilleux”, ce qui mène à: “Je veux prendre soin de l’arbre, de l’environnement”, ce qui conduit au bien-être de tous. l’individu, la société et la planète. C’est une attention appropriée.

Que diriez-vous d’une voiture? Beaucoup de voitures créent beaucoup de pollution. Est-ce que prêter attention aux voitures serait considéré comme une «attestation inappropriée»? Ce qui rend l’attention appropriée n’est pas seulement l’objet de notre attention, mais aussi la manière dont nous regardons l’objet de notre attention. Je peux regarder la voiture et dire: «Les véhicules ont sauvé de nombreuses vies.» Des voitures, des ambulances, des pompiers ont sauvé de nombreuses vies et je peux voir la qualité d’une voiture. Une voiture est une voiture en raison de nombreuses causes et conditions qui se sont réunies. Le monde entier est ce qu’il est à cause de nombreuses causes et conditions.
C’est un enseignement très important du Bouddha. Pensons à un politicien. Penser à certains politiciens peut nous rendre très heureux, et penser à d’autres peut nous rendre moins heureux. Alors, ne devrions-nous pas ne pas prêter attention à un politicien qui ne nous rend pas heureux parce qu’il sème la peur, la colère et la discrimination en nous? Ou pouvons-nous apprendre à regarder en profondeur un politicien, ou n’importe qui dans notre vie avec qui nous avons des difficultés, d’une manière qui nous aide à voir clairement qu’ils sont comme ils sont en raison de nombreuses causes et conditions? Les circonstances de leur naissance, leur environnement et les graines qu’ils avaient déjà dans leur conscience profonde leur ont transmis la conscience de leurs ancêtres et ainsi de suite.
Nous avons tous les mêmes semences, mais chacun de nous a une force différente d’une graine particulière. Nous avons tous le germe de la colère, nous avons tous le germe de la discrimination, de l’inclusion, du bonheur, de la cupidité et de la générosité. Mais certaines des semences sont plus fortes en nous que d’autres, à cause de causes et de conditions. Quand nous verrons cela, nous comprendrons que celui qui cause des dommages a besoin de notre aide. Nous faisons de notre mieux pour trouver des moyens de l’aider. Mais cela ne signifie pas que nous cautionnons leurs actions.
Donc, si l’attention est appropriée ou inappropriée dépend de deux choses: l’objet de notre attention et comment nous regardons l’objet.

Cinq façons de mettre fin à la colère
Pendant cette retraite, nous écouterons le sutra sur les cinq façons de mettre fin à la colère. Dans ce sutra, le Bouddha donne des instructions concrètes sur la manière de mettre fin à la colère, ce qui est un enseignement sur l’attention appropriée, yoniso manaskara.
Voici les cinq méthodes enseignées par le sutra. Premièrement, si les actions d’une personne ne sont pas bonnes, mais que ses paroles sont bonnes, nous ne devrions pas prêter attention à ses actions corporelles, mais à ses paroles. Nous choisissons de faire attention aux mots et nous ne serons pas fâchés parce que nous voyons une image plus grande de cette personne, pas seulement son action physique. En faisant cela, nous jetons les bases de l’acceptation, de l’inclusivité. Nous nourrissons notre bien-être.
Deuxièmement, si les mots de quelqu’un ne sont pas gentils? Eh bien, si ses actions sont bonnes, vous faites attention à ses actions et non à ses paroles. C’est ainsi que nous mettons fin à la colère.
Troisièmement, si les actions et les paroles de quelqu’un ne sont pas bonnes, alors quoi? Cela signifie que nous avons besoin d’un peu plus de vigilance, d’un peu plus de concentration et de connaissances plus approfondies. En regardant de plus près, nous découvrons peut-être un peu de bonté dans son cœur, puis nous porterons une attention particulière à cette bonté.
Nous devons être vraiment présents et nous pencher d’abord sur nous-mêmes, car parfois, nous parlons durement, nous nous mettons en colère contre nous-mêmes, puis contre nos proches, nos collègues, nos employés, notre société et le monde entier.
Quatrièmement, si quelqu’un dont les paroles et les actions ne sont pas bonnes, et dans le cœur duquel nous ne pouvons rien découvrir que nous puissions appeler bonté, alors quoi? Cela signifie que cette personne subit de grandes souffrances. Quelqu’un qui est heureux a de la bonté dans son cœur, dans son discours et dans ses actions. Cette personne n’est donc pas heureuse, et nous pourrions être la personne pour l’aider et en prendre soin.
J’ai une amie qui travaille dans un bureau et son patron est une personne dont les gestes et les paroles ne sont pas très gentilles. Les employés ont du mal à découvrir la bonté de ce patron. Mon amie a décidé d’être présente pour lui et de l’écouter. Son patron a continué à ne pas être gentil, mais un jour, il lui a dit: «Merci. Je pense que tu es la seule personne ici qui me comprenne. »Ils avaient de bonnes relations malgré la colère qui montait en lui de temps en temps parce qu’elle était capable d’aider et de ne pas se laisser emporter par les actions méchantes, les mots méchants, et la dureté du coeur. Elle a aidé à apporter de la douceur. Peut-être que son patron s’est senti aimé et apprécié pour la première fois. Qui sait? Donc, si nous sommes capables d’ouvrir notre cœur et de susciter l’amour et la compassion, nous pourrons mettre fin à notre colère et aider réellement l’autre personne.
Le son de la cloche nous aide à revenir à nous-mêmes, à prendre soin de nous-mêmes, à prendre conscience de notre attention mentale, à voir si elle est appropriée ou non. Notre attention mentale détermine l’inclinaison de notre esprit. En écoutant le son de la cloche, en ramenant notre esprit à notre corps et en prenant soin de ce que nous trouvons en nous -– avec notre respiration consciente, en la maintenant, en regardant profondément avec perspicacité –– nous créons une inclinaison de l’esprit. C’est aimant, compatissant, compréhensif, perspicace.
Ce sont les quatre premiers moyens de mettre fin à la colère, et il existe un cinquième moyen. S’il y a quelqu’un dont les actions sont gentilles, dont les paroles sont gentilles, dont l’esprit est également gentil mais que nous sommes toujours en colère contre elle, que faisons-nous? Peut-être sommes-nous jaloux et de cette jalousie naît la colère. «Pourquoi cette personne a-t-elle cela et moi pas? Pourquoi réussissent-ils et pas moi? »Si nous sommes fâchés contre une personne comme celle-là, nous ne sommes pas sages. Nous ne devrions pas nous laisser emportés par la jalousie. Au lieu de cela, nous devrions nous concentrer sur toute la gentillesse qui est là et nous baigner dans cette gentillesse, nous en nourrir. Alors nous sommes appelés sages et notre propre bonté, notre bien-être sera également nourri.
Nous devons générer l’énergie de la pleine conscience pour pouvoir être vraiment présent et prendre soin de notre colère de la façon dont le Bouddha a enseigné. Au Village des Pruniers, nous avons organisé notre vie de manière à ce qu’il soit facile de revenir à soi-même et de pratiquer l’attention appropriée.

Les gathas
Ici au Hameau du bas, partout où vous allez, vous voyez des panneaux avec de petits poèmes qui décrivent le moment présent et nous aident à être vraiment présents.
Par exemple : Me brosser les dents et me rincer la bouche
Je jure de parler purement et avec amour.
Quand ma bouche est parfumée avec la parole juste
Une fleur fleurit dans le jardin de mon coeur.

Ce gatha nous rappelle que nous devons être conscients de ce qui sort de notre bouche et des graines qu’elle arrose au plus profond de notre conscience.
Autre gatha:
Avant de démarrer la voiture, je sais où je vais
La voiture et moi sommes un.
Si la voiture va vite, je vais vite.

Avant d’utiliser la voiture, je me demande: «Ai-je besoin de l’utiliser?» Avant de démarrer la voiture, je sais où je compte aller. Je suis conscient que la voiture et tous les passagers dans la voiture ne font qu’un. Si la voiture va vite, nous allons tous vite. Ce gatha nous amène au moment présent. Lorsque nous conduisons, nous savons comment nous conduisons. Nous sommes attentifs à ce qui se passe autour de nous. D’autres voitures peuvent aller plus vite que ce qui est conseillé et nous couper la route. Nous savons que cette personne doit être pressée; peut-être est-elle sur le chemin de l’hôpital. Avec notre attention mentale, nous arrosons une graine de colère ou de compréhension, de compassion et d’espace.
Ces gathas nous aident à pratiquer l’attention appropriée tout au long de la journée.

En voici un autre :
L’esprit peut aller dans mille directions
Mais sur ce beau chemin, je marche en paix.
À chaque pas, un vent léger souffle.
A chaque pas, une fleur s’épanouit.

La méditation marchée est une porte importante du Dharma du Village des Pruniers. Notre enseignant, Thầy, nous dit que si nous ne pratiquons pas la méditation marchée au village des pruniers, nous ne pouvons pas dire que nous sommes allées au Village des Pruniers. Nous pouvons dire que nous étions à Loubès-Bernac mais nous ne pouvons pas dire que nous étions au Village des Pruniers. Chaque fois que nous faisons un pas, nous aimons faire un pas. Nous pratiquons la méditation marchée parce que nous en profitons et nous y trouvons la liberté. Conscients de chaque étape, nous ne sommes plus emportés par nos pensées incessantes. Au début, nous pourrons peut-être le faire en une étape, deux étapes, peut-être trois. Ensuite, dix, vingt, trente, quarante étapes de conscience et avec la pratique continue, nous trouvons la liberté, la paix, le calme et la clarté à chaque étape.
Comme l’essence de la pratique du Village des Prunier est la méditation marchée, vous pouvez ramener le Village des Prunier à la maison. Lorsque vous marchez vers votre voiture, vers le bus ou le train, où que vous alliez, vous pouvez être au Village des Pruniers dans le moment présent, ici et maintenant.
Une fois par jour, nous pratiquons ensemble la méditation marchée, générant l’énergie de la pleine conscience, de la présence dans l’ici et le maintenant, l’énergie de la joie, de la paix, de la liberté et de la guérison. Un moment d’arrêt du canal intellectuel de réflexion incessante est un moment de liberté et de guérison. Nous avons une chanson que nous aimons chanter:
Je suis chez moi, je suis arrivée
Il n’y a qu’ici et maintenant

Dans la terre pure, je m’établis.
Je suis arrivé ici et maintenant, voilà notre véritable adresse. C’est là que se trouve notre véritable maison.
Toucher le passé, créer l’avenir
Lorsque nous examinons profondément le moment présent, nous pouvons voir le passé et le toucher. Aujourd’hui, nous passons du temps ensemble au Hameau du bas pour pratiquer la méditation marchée, manger en pleine conscience, travailler et partager. Demain, aujourd’hui sera notre passé. En fait, ce matin c’est déjà le passé, il y a cinq minutes c’est déjà notre passé. La façon dont nous vivons le moment présent c’est la façon dont notre passé sera. Cette semaine, nous allons créer ensemble un beau passé. Chaque instant, nous créons notre passé. La meilleure façon de prendre soin du passé est de prendre soin du moment présent. La façon dont nous vivons notre journée d’aujourd’hui est différente de celle que nous vivions hier, avant-hier, il y a quelques semaines et quelques mois. Il y a quelques mois, il y a une semaine, quand nous avons décidé de participer à cette retraite, nous avons décidé de le faire dans le moment présent et ce moment appartient maintenant au passé. Tous les choix que nous faisons aujourd’hui vont façonner notre avenir.
Ce à quoi nous portons attention aujourd’hui arrose dans notre conscience des graines qui se manifesteront à l’avenir, dans nos pensées, nos paroles et nos actes. Si nous voulons nous occuper de l’avenir, nous ne pouvons le faire que dans l’instant présent. Lorsque nous devons prendre une décision concernant l’avenir de notre vie ou celle de nos entreprises, nous le faisons au moment présent. Nous devons être bien établis dans le moment présent pour avoir l’attention appropriée, pour faire le choix qui nous donne l’avenir que nous espérons vivre quand il deviendra le moment présent.

«, Je suis chez moi, je suis arrivée» consiste à revenir à l’ici et au maintenant et, ce faisant, nous prenons soin du présent, du passé et du futur.
Nous avons une autre chanson intitulée «J’inspire, J’expire.» Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas familiers avec nos chansons de pratique, vous pouvez penser qu’elles sont un peu ridicules. Mais regardons ce que ces chansons nous disent? Respirant, expirant, je fleuris comme une fleur. Quand j’ai entendu cette chanson pour la première fois, j’ai pensé: «Oh, c’est évidemment une chanson pour enfants, les enfants doivent avoir composé cette chanson.» Cependant, lorsque nous portons une attention particulière au son de la cloche, nous savons comment arrêter nos activités. anxiétés, inquiétudes, préoccupations, espoirs, souhaits et rêves, nous sommes libres. Nous n’avons pas besoin d’être autre chose que ce que nous sommes. Une fleur n’essaie pas d’être une fleur, encore moins une fleur particulière. Elle est juste elle-même, selon les causes et les conditions. Pourquoi est-ce qu’elle fleurit? Parce que c’est sa nature de fleur. Elle ne commence pas à germer dans le but d’être une fleur épanouie. Elle sort de Terre parce que les conditions sont suffisantes pour le faire à ce moment-là. La fleur n’a aucun but, elle est donc la plus belle possible.
Aimlessness, Busi-less-ness
L’absence de sens ne signifie pas que nous sommes simplement en train d’errer ou de flotter comme un bateau sur l’océan sans gouvernail, et que nous sommes jetés ici et là. Non, nous ramenons notre esprit chez nous dans notre corps, nous sommes pleinement présents avec ce que nous faisons, pour le plus grand plaisir de le faire. Quand nous sommes pleinement présents en faisant quelque chose, c’est joyeux, c’est nourrissant. Nous pouvons même dire: “Je veux aller dans cette direction”. Mais pendant que nous le faisons, nous ne sommes pas perdus dans “Je veux y arriver, je veux y arriver, je veux y aller.” Le seul moment où nous pouvons être est le moment présent. Être présent, c’est être notre plus belle personne.

C’est une retraite pour les hommes et femmes d’affaires. Nous, au Village des Pruniers, nous sommes aussi des hommes d’affaires. Nous sommes conscients qu’il est très facile d’être une entreprise. Le mot le dit déjà. Je suis un homme ou une femme d’affaires. Lorsque nous pratiquons l’absence d’objet, nous devenons des personnes sans affaires. N’est-ce pas merveilleux? Au Village des Pruniers, nous avons organisé notre environnement et notre vie quotidienne de manière à nous aider à être des personnes sans activité professionnelle, à pratiquer l’absence de but, à être véritablement présents.
Nous pouvons être très occupés parce que nous voulons être le numéro un. Peut-être le numéro un de notre société, le numéro un en tant que société, le numéro un dans la vie. Il n’y a rien de mal à être numéro un, quelqu’un doit être numéro un. Un enfant de neuf ans est rentré de l’école. Ils avaient eu une compétition sportive, et l’enfant a dit: «Maman, maman! J’ai gagné en dernier! » Quelle belle idée pour un jeune enfant comme celui-ci:« J’ai gagné en dernier ». La joie! De toute évidence, cet enfant avait fait tout ce qu’il avait fait avec une grande joie. Vous pouvez gagner en tant que premier, deuxième, troisième, quatrième ou dernier. Cet enfant de neuf ans a choisi d’être heureux et cet enfant est en nous. Chacun de nous a un enfant de neuf ans en nous.
Voulons-nous être numéro un ou voulons-nous être heureux? Si nous voulons être numéro un, nous pouvons être homme d’affaires; si nous voulons être heureux, nous pouvons être une personne moins occupée et tout de même accomplir beaucoup.

Je veux revenir à Yoniso Manaskara, une attention appropriée. Une attention appropriée dépend de l’objet de notre attention (quoi) et de la façon dont nous examinons cet objet (comment). La pratique de l’attention appropriée est très importante.
L’attention mentale est présente lorsqu’il y a un contact entre un organe sensoriel et un objet. C’est la pleine conscience qui nous permet de déterminer si cette attention est appropriée ou non. Nous pratiquons d’une manière qui génère l’énergie de la pleine conscience afin que nous en devenions habités, puis nous aurons l’attention appropriée avec tout ce que nous ferons. Ou si l’attention est inappropriée, nous en prendrons conscience et nous saurons comment en faire une attention appropriée.
Alors, qui est le vrai patron? Avec la pratique de la pleine conscience, nous pouvons prendre soin de notre attention mentale. Ensuite, les graines de compréhension, de compassion, d’inclusion et de bonheur deviendront plus fortes et ces graines fortes deviendront l’inclination de notre esprit. Grâce à la pratique de la Pleine Conscience et de l’attention appropriée, nous créons une inclination saine de l’esprit. La pratique de la Pleine Conscience nous donne le choix.
Nous pouvons ou non travailler de chez nous, mais nous pouvons tous vivre de chez nous, ramenant notre esprit à notre corps et nous établir dans le moment présent, le seul moment que nous ayons..
Laissons-nous profiter de cette retraite ensemble. Nous entendrons beaucoup plus parler de la façon de prendre soin de nous afin de pouvoir prendre soin des autres. Nous pouvons devenir des hommes d’affaires moins affairés !

2 comments on “Qui c’est le patron ?
  1. Patrick Grisel says:

    étant chrétien,pourrais-je participer à l’une de vos sessions ,pouvez-vous m’en dire plus ? hébergement,tarifs,etc .
    Merci .
    Patrick Grisel

    • Soeur Mai Lam says:

      Bonjour Patrick
      Bien sûr, vous êtes bienvenu ! La pratique de la Pleine Conscience est ouverte à tous.
      Vous pouvez consulter le programme des retraites sur le côté droit de la page d’accueil, et l’onglet “retraites au Village des Pruniers” que vous trouverez sous “nous rendre visite”.
      Pour une pratique chrétienne de Pleine Conscience reliée à la tradition du Village des Pruniers vous pouvez aussi consulter le site de la maison Ephata.
      Bonne Pratique
      Sr mai lâm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*