Poème de l’existence


Mon ombre s’étend sur le corps de la Terre Mère

En ce matin paisible, la lumière du soleil traverse les feuilles, dessinant des stries profondes sur l’étendue des champs.

Dans le vaste ciel bleu, des vols d’oiseaux déploient tranquillement leurs ailes.

Les collines et les monts apparaissent silencieusement, proches et lointains sous les rayons du soleil.

J’entends le fleuve de ma conscience tourner à la poésie.

Comment un autre matin aussi paisible et splendide que celui-ci pourrait-il exister ?

Le soleil recouvre la terre comme des voiles de soie.

Je voudrais pouvoir peindre la pureté et la paix de ma jeunesse passée, constamment présente en moi, afin que toute cellule de la terre respire le même souffle de joie calme.

Je souhaiterais pouvoir écrire à longs traits aimants sur la Terre Mère les mots doux du matin pour revivre mon enfance libre et sans entraves au gré des pulsations de l’existence.

La tendresse du matin m’entraîne vers un royaume d’amour et de joie. Courant librement, je traverse un tertre herbeux pour te chercher avec la ferveur de l’anticipation comme en me rendant à un rendez vous longtemps attendu, avec l’émotion d’une première rencontre.

Je ressens la joie simple de savoir que tu n’as pas à m’attendre.

Te rencontrant, assis paisiblement, dans une contemplation calme, écoutant le rythme du souffle de chaque chose, la vie est si paisible.

Mes souffrances, rancunes et apitoiements de toujours renaissent comme des chansons d’amour qui suivraient le vent et les nuages dans toutes les directions.

Il n’y a pas de séparation entre toi, moi et la vie.

La Terre Mère est immense, le ciel est immense, montagnes et rivières sont immenses, tu es immense, comme moi.

Le temps et l’espace se manifestent dans l’existence de chaque cellule. L’ombre se déplace et, les unes après les autres, les cellules se réveillent de leur long sommeil hivernal. Uu souffle paisible rafraîchit les cellules flétries et accueille joyeusement la chaleur du soleil. Ses rayons sécurisants et apaisants nous révèlent son royaume spacieux et généreux, à toi, ç moi et à l’existence.

Je remercie la vie de son flot incessant, du tissage magnifique de ce poème de notre rencontre.

L’ombre m’offre un sourire joyeux, paisible et ferme comme une montagne.

Ce poème a été écrit par Soeur Hôi Nghiêm, pour Thây

3 comments on “Poème de l’existence
  1. Marie-Ange says:

    “Je ressens la joie simple de savoir que tu n’as pas à m’attendre”. Quelle merveilleuse phrase. Quel magnifique poème. Merci chère soeur de partager ce souffle de vie, cette communion avec le ciel et la terre. Avec tout mon amour.

  2. Houtart says:

    Thank you for the poeme

  3. Nguyen Huu roques says:

    En français, merci beaucoup