Entre mes mains

Prenez le temps d’examiner attentivement vos mains, faites attention aux détails, comme si vous regardiez un précieux trésor pour la première fois. Mes mains sont avec moi depuis 35 ans, mais je les ai souvent sous-estimées, et je les ai considérées comme une partie ordinaire et pas si importante de moi. Il n’était donc pas nécessaire de s’en occuper ni de ressentir de la gratitude. Ce n’est que ces dernières années que j’ai commencé à voir leur merveille : mes mains aident à guérir et à soulager la douleur de mon cœur. Mes mains me rappellent de revenir au moment présent afin d’être en contact avec ce qui est beau, bon, sain et indestructible.
J’ai parfois imaginé mes parents plaçant leur index dans ma petite main lorsque je suis arrivé au monde. Je tenais l’index fermement pour sentir l’amour. Puis je visualisais la première fois que j’ai appris à tenir un crayon pour écrire l’alphabet, c’était effectivement difficile et stimulant. Puis est venu le jour où j’ai dû marcher seule à différents endroits et où je n’ai pas pu tenir les mains de mes parents ou de mes frères et sœurs. La peur et l’anxiété ont surgi en moi parce que je ne savais pas quelles difficultés pourraient surgir. Et puis j’ai eu seize ans, l’âge de savoir comment aimer et comment rêver. La première fois que mon petit ami m’a tenu la main, il y avait un sentiment étrange à l’intérieur que je ne comprenais pas bien. Ceux qui ont vécu cette expérience auraient du mal à l’oublier. J’ai pu ressentir l’amour, la paix et la protection totale de cette personne spéciale. Plus tard, je suis devenue monastique, je n’ai plus le droit de tenir les mains du sexe opposé, sauf celles de mon père, de mon frère ou de mon neveu.
Un jour, alors que j’écoutais un discours sur le Dharma, mes deux mains se croisaient et soudain une source d’électricité coulât dans mon corps, du haut de ma tête à la plante de mes pieds. J’ai été profondément surprise par cette étrange expérience. Soudain, j’ai réalisé : Il y a des moments dans ma vie où je n’aurais pas quelqu’un à qui tenir la main. Néanmoins, mes deux mains sont toujours là pour moi, alors pourquoi ne pas me tenir les deux mains pour ressentir cet amour, cette paix et cette protection ? Pourquoi ai-je besoin de chercher quelqu’un en dehors de moi ? Depuis ce jour, je fais souvent le travail de “ma main dans la main”.

Thây montrant à une enfant comment tenir une cloche dans la main

Pendant la journée, mes mains entrent en contact avec d’innombrables objets, ce qui me donne de nombreuses occasions de connaître et de goûter au bonheur. Un sentiment neutre est un sentiment qui n’est ni agréable ni triste, et il est plus souvent présent que les sentiments agréables et les sentiments désagréables. Nous nous entraînons à transformer les sentiments neutres en sentiments agréables. La vérité est que cela n’est pas difficile à réaliser. Fin 2017, j’ai rédigé ma résolution de Nouvel An : “En 2018, chaque fois que mes mains seront en contact avec des objets tels qu’une tasse de thé, un stylo, le volant de la voiture, une veste ou la main de quelqu’un, un sentiment de gratitude s’élèvera en moi. » Cette aspiration m’a aidé à nourrir mon bonheur, à le rendre plus grand et plus fort chaque jour. Chaque fois que la conscience était présente, tout mon corps avait la “chair de poule” parce que le bonheur était si fortement ressenti.

Imaginez que vous entriez dans les toilettes et qu’il n’y ait pas de porte à fermer ni de verrou sur la porte ; alors la peur et l’inquiétude surgiraient immédiatement. Ou lorsque vous avez devant vous une belle et délicieuse assiette de nourriture mais qu’il n’y a ni cuillère ni baguettes, que se passerait-il ? Par conséquent, je chéris tout ce que je peux tenir dans mes mains, et je ne sous-estime plus mes mains ou les objets avec lesquels elles entrent en contact comme avant. Une fois, alors que je marchais avec ma mère et que je lui tenais la main, j’ai réfléchi aux jours passés où ma mère devait travailler dur dans la rizière, ou laver les vêtements de ses enfants, préparer d’innombrables repas, m’écrire des lettres ou m’apprendre à conduire, mon cœur était rempli d’une profonde gratitude.
Les objets que je tiens dans mes mains m’aident à me rappeler que tout ce qui existe dans ce monde a un but et un sens, rien n’est dénué de sens. L’aiguille aide à réparer la chemise déchirée, la pomme apporte plus d’énergie et de nutriments au corps, l’eau aide à évacuer la déshydratation et la soif. Alors pourquoi me torture-t-on parfois en pensant de façon aussi négative ? Je pense à des pensées telles que : “Ma présence n’a aucun sens, je ne fais que créer des problèmes ! Je suis inutile, sans intérêt et sans valeur”. Tout ce qui existe a un but, et encore moins une personne. Ne vous réprimandez donc pas ainsi et ne recevez ni n’acceptez ce genre de paroles de qui que ce soit. En ce qui me concerne, chaque fois que je regarde ou pense à des membres de ma famille de sang ou de ma famille spirituelle, je les apprécie toujours et je reconnais leur importance.

Mes deux mains contiennent tout l’univers

J’ai entendu l’histoire d’une femme d’âge moyen qui était mariée à son mari depuis 30 ans. Le mari manquait de respect envers sa femme et utilisait la violence à son égard en la frappant, ce qui la blessait beaucoup. Ce qui a rendu cette histoire particulièrement triste, ce n’est pas seulement que la femme ait subi des violences domestiques, mais que le mari pensait que ses actes étaient innocents et pas graves, et qu’il n’était pas capable de reconnaître qu’il rendait impossible bonheur dans la famille. J’ai participé à un partage du Dharma en présence du mari et de la femme. Lorsque de jeunes amis viennent au monastère, les frères et les sœurs leur apprennent à tenir une tasse de thé à deux mains pour montrer notre amour et notre respect. Même s’ils sont très jeunes, nous les invitons à être conscients du travail d’amour, de respect et de non-violence envers les objets matériels afin que, plus tard, ils n’utilisent pas leurs mains pour faire du mal et blesser quelqu’un. En le regardant dans les yeux, j’ai senti qu’il commençait à réaliser que ses actions devaient changer. Les deux mains sont là pour protéger et offrir parce que “deux mains sont aussi des fleurs”.

Ecrit par soeur Boi Nghiêm, une enseignante du Dharma vivant dans notre centre de Thaïlande après avoir vécu à Magnolia Grove epdant plus de 7 ans.

3 comments on “Entre mes mains
  1. Nadège says:

    hello, I would like to register for the retirement of August, how to do? registration had to start in April? thank you,

    • Soeur Mai Lam says:

      Bonjour Nadège
      Merci de consulter régulièrement notre page pour savoir quand les inscriptions de la retraite du mois d’août au Hameau du haut (wake up earth) qui est pour l’instant la seule retraite planifiée
      un lotus pour vous

  2. michel says:

    Un bel hommage aux mains, criant de vérité.

    Michel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*