Méditation de l’étreinte

 

 

Quand nous nous prenons dans les bras l’un de l’autre, nos coeurs entrent en connexion et nous découvrons que nous ne sommes pas deux êtres séparés. Une étreinte faite avec pleine conscience et concentration peut amener la réconciliation, la guérison, la compréhension, et beaucoup de bonheur. La pratique de l’étreinte en pleine conscience a aidé beaucoup de personnes à se réconcilier- des pères avec leur fils, des mères avec leur filles, des ami(e)s avec des ami(e)s etc.
Nous pouvons pratiquer l’étreinte avec un ami, notre fille, notre père, notre compagnon, ou même avec un arbre. Pour pratiquer, on commence par s’incliner en signe de reconnaissance de la présence de l’autre. On peut ensuite prendre plaisir à respirer trois fois profondément en pleine conscience pour nous ramener pleinement à la situation présente. Après, on peut ouvrir ses bras et commencer l’étreinte, en se serrant l’un l’autre dans les bras pour la durée de trois inspirations et trois expirations.

Avec la première respiration, on prend conscience de notre présence en ce moment précis, et on est heureux.

Avec la deuxième respiration, on prend conscience de la présence de l’autre en ce moment précis, et on est tout aussi heureux.

Avec la troisième respiration, on prend conscience du fait qu’on est ici ensemble, en ce moment même, sur cette belle planète Terre, et on ressent une profonde gratitude et un profond bonheur pour cet être-ensemble. On peut enfin défaire doucement l’étreinte et s’incliner à nouveau l’un devant l’autre en signe de remerciement.
Quand on pratique l’étreinte de cette façon, la personne qu’on tient dans ses bras se dévoile dans sa réalité et sa vitalité. On n’a pas besoin d’attendre que l’un de nous soit sur le point de partir en voyage, on peut s’éteindre dès maintenant et recevoir la chaleur et la stabilité de notre ami dans le moment présent. L’étreinte peut être une profonde pratique de réconciliation. Durant l’étreinte silencieuse, un message peut nous parvenir très clairement: ”Mon chéri, ma chérie, tu m’es précieux, précieuse. Je suis désolé(e) de ne pas avoir fait preuve d’attention et de délicatesse. J’ai fait des erreurs. Permets moi de prendre un nouveau départ. Je te promets que ce sera le cas”.