Les pins du Têt

Souvenirs de la vie de novice de Thây (8)

Ce récit est le huitième de la série des souvenirs de la vie de novice de Thây au temple Tu Hieu de Huê.

Extrait des journaux de Thay, 1962-1966  (publiés sous le titre Feuilles Odorantes de Palmiers aux éditions de la Table Ronde)

«Au Vietnam, c’est maintenant le printemps. Ici, il fait toujours un froid glacial et l’hiver durera encore au moins deux longs mois. Les pins recouvrant les collines autour de la pagode Tu Hieu brillent de bourgeons d’aiguilles. Les pins y ont toujours fière allure au Nouvel An. De nombreux amis doivent se promener parmi ces pins, casser des branches pour ramener à la maison, un cadeau du Nouvel An des Trois Joyaux. Les pins souffrent beaucoup à cette époque de l’année. Les magnifiques terrains du temple ont l’air nus et en lambeaux après que les gens se soient mis à rassembler des brassées de branches. Une année, j’ai appris que le temple Xa Loi plantait un bosquet de pins juste pour permettre aux gens de cueillir des branches, afin de protéger les autres arbres. Je ne sais pas si leur plan a fonctionné ou non. Je suppose que les gens considéraient que les branches cultivées étaient moins «authentiques» et moins capables d’émettre «un esprit de Bouddha» que les autres arbres. La pratique de casser des branches pour ramener à la maison cesse d’être une belle coutume lorsque des arbres sont endommagés.

Les discussions et les cérémonies du Dharma auxquelles assistent de grandes foules lors du Nouvel An sont utiles, mais j’espère que les environs sereins du temple seront également préservés. Il est bon que les gens aient la possibilité d’entrer dans un petit espace calme afin d’avoir un contact personnel avec le Bouddha. Ces petits espaces calmes sont plus propices aux expériences spirituelles. Dans un tel espace, rencontrer le Bouddha devient une rencontre avec notre vraie nature. De nos jours, les gens construisent de grands temples pour organiser des cérémonies de prière. Bien que cela soit utile, j’ai également envie de préserver les rencontres individuelles entre le maître et le disciple dans lesquelles le disciple bénéficie de toute l’attention du maître, ce type d’attention qui appelle l’attention de l’élève. Le maître bénéficie également d’un disciple complètement présent. Lorsque le Bouddha a soulevé une fleur au sommet du pic du vautour, seul Mahakashyapa a souri. Le pic de vautour lui-même et l’ensemble de l’assemblée assise à cet endroit ont disparu et seules deux personnes étaient réellement présentes, le Bouddha et Mahakashyapa.

Ce fut une vraie rencontre.

Un après-midi, alors que je revenais à mon temple, je suis passé devant un groupe de jeunes bouddhistes revenant des collines couvertes de pins de Tu Hieu. Certains étaient à pied, d’autres à vélo. Chacun portait une branche de pin et je pouvais sentir la douleur des arbres. Je suis sûr que ce Têt ne sera pas différent. Mais j’espère que mes amis feront de leur mieux pour protéger les pins à l’avenir. “

Si ce texte vous a plu, vous pouvez lire aussi:

Un souvenir de novice

Méditation de la mandarine

Laver la vaisselle

Poèmes pour des héros

Le Bouddha a-t-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens

La robe de mon maître

Le  moine et le poisson

Tagged with: , , , , ,