Le vieux poirier

Ce soir, après la méditation assise, tout le Hameau du Haut était couvert de brouillard. Cela faisait comme un halo autour des lumières le long des chemins. La tour de la cloche envoyait de nouveau des rayons de lumière de ses quatre coins vers la terre et le ciel. Néanmoins le ciel était clair et noir et orné de nombreuses étoiles.

Marchant de la salle de méditation vers la résidence des moines, j’ai rencontré mon cher ami le vieux poirier, et je me suis arrêté quelques mètres avant de l’atteindre. De temps en temps, un frère entrait dans la résidence et la lumière automatique s’allumait. Je me tenais là en droite ligne avec la lumière et l’arbre, de sorte que mes yeux étaient à l’abri d’un contact direct avec la lumière. De là, je pouvais profiter du contraste de la silhouette noire de l’arbre, nettement découpée contre la brillance du brouillard.

Quelques jours avant, des frères avaient coupé nos arbres, y compris ce vieil ami. Habituellement, je me sens mal à l’aise à propos de la taille des arbres, pensant que cela les fait souffrir. Comme je m’approchais, le paysage avec le brouillard étincelant dans le noir de la nuit, le vent frais sur mon visage et les branches coupées au pied de l’arbre, devinrent dans mon esprit une scène désolée d’ossements d’animaux morts abandonnés dans le désert quelques mois après qu’une meute de lions les ait dévorés.

Mais alors, en regardant l’arbre, j’ai été frappé par un sentiment : il semblait heureux et frais! Debout devant l’arbre, je lui ai demandé : «Es-tu heureux que nous t’avons taillé ?» J’ai été touché par la réponse que j’ai reçue, et j’aimerais la partager avec vous. J’ai entendu : “Si vous êtes heureux, je suis heureux.”

C’était comme un mantra.

J’ai été touché, j’ai ressenti un profond respect et de la

gratitude, et en serrant mon vieil ami, je lui ai demandé de m’aider à cultiver une telle vertu dans mon cœur. Je me sens heureux parce que je peux voir que cet esprit est vivant dans la Sangha.

Je peux le voir de la même façon qu’en tant qu’individus, nous prenons soin de nous-mêmes et des autres, et de la manière dont nous communiquons en tant que communauté avec les gens et la société, apprenant à embrasser le lotus aussi bien que la boue. relation et permettre la croissance spirituelle. Quand la colère ou la souffrance surgit en moi, j’apprends à être là sans la repousser ni la supprimer, et à la voir comme une partie de moi, en prenant soin d’elle.

Si quelqu’un souffre et cause la souffrance dans la Sangha, nous essayons de ne pas le blâmer mais de regarder profondément jusqu’à ce que nous trouvions ce que nous pouvons faire pour aider tout le monde sans discrimination, et quand nous voyons clairement, nous agissons avec compassion, même si cela implique des difficultés au début.

Les frères et soeurs du monastère Bat Na, au Vietnam, se sont tenus aussi immobiles que le poirier alors qu’ils étaient menacés et intimidés il y a près de neuf ans, enracinés dans le Dharma et unis, ils n’avaient pas besoin de réagir par colère et crainte.

Je sentais que le poirier, dans son immobilité, reflétait aussi simplement mon esprit dans le moment présent. Comme s’il me disait :

“La façon dont vous me regardez dépend de ce qui se passe dans votre esprit. Ce que tu me fais, c’est ce que tu te fais. Vous devez savoir ce que vous faites et pourquoi vous le faites, car le fruit de votre action dépend de l’énergie qui le motive. Si vous choisissez de ne pas couper l’arbre de la peur ou de la colère, le fruit que vous récolterez sera la peur ou la colère. Si vous choisissez de couper par habitude ou confusion, vous choisirez l’habitude ou la confusion de mes branches. Si vous choisissez de couper ou de ne pas couper dans un état de vraie présence par compréhension et amour, alors ce sont les graines que vous semez en ce moment et les fruits que vous récolterez dans le futur. ”

Merci mes chers amis spirituels, de cultiver ensemble de merveilleuses poires

Fr. Chân Trời Đức Định