Ordre de l’Inter-Etre

L’Ordre de l’Inter-être, Tiep Hien en Vietnamien, est une communauté de monastiques et de pratiquants laïcs qui se sont engagés à vivre leur vie en accord avec les 14 Entrainements à la pleine conscience, qui sont un approfondissement des enseignements de Bodhisattva (être illuminé) du bouddhisme Mahayana. Etablit par le Vénérable Thich Nhat Hanh à Saigon en 1966, l’Ordre de l’Inter-être fût fondé selon la tradition Zen Linji, bouddhisme méditatif, et met l’accent sur le non-attachement aux vues, l’expérimentation directe de la nature interdépendante de toute chose à travers la méditation, l’adaptation et les moyens appropriés.

thich-nhat-hanh-225x276

 Les 6 premiers membres de l’Ordre, ordonnés ensemble le 5 février 1966, étaient des collègues et étudiants de Thich Nhah Hanh qui travaillaient avec lui à soulager les souffrances de la guerre au Vietnam, à travers des projets organisés par l’Ecole de la Jeunesse pour le Service Social. En rejoignant l’Ordre de l’Inter-être, ils s’engageaient à pratiquer diligemment la pleine conscience, à développer un mode de vie éthique et à agir avec compassion au sein de la société

Due aux séparations causées par la guerre et l’exile de Thich Nhat Hanh du Vietnam, aucune ordination supplémentaire dans l’Ordre ne se passa pendant 15 ans. Ensuite, en 1981, Thich Nhat Hanh invita quelques uns de ces nombreux étudiants laïcs et monastiques qui pratiquaient et étudiaient avec lui en Occident à rejoindre l’Ordre. D’ici 2006 l’Ordre avait atteint environ 1000 pratiquants laïques et monastiques hors du Vietnam.

En 2006, suite à sa première visite au Vietnam après 36 ans d’exile en 2005, Thich Nhat Hanh offrit à nouveau une ordination pour rejoindre l’Ordre de l’Inter-être pour les pratiquants Vietnamiens les plus diligents. Dans l’année suivant la visite de Thich Nhat Hanh, en conjonction avec l’établissement de monastères vietnamiens pratiquant sous sa supervision, l’Ordre grandit au Vietnam jusqu’à inclure des centaines de nouveaux monastiques et pratiquants laïques.