Le corps de la Sangha

Toute personne qui vient ici est un membre de la Sangha, même si elle ne vient que pour une semaine. La vitalité et l’harmonie de la Sangha dépendent de chacun d’entre nous.
Dans la société, la plupart de nos souffrances viennent du sentiment d’être séparés les uns des autres. Souvent, nous ne ressentons pas de liens profonds avec les personnes qui vivent tout près de nous : nos voisins, nos collègues de travail et parfois même les membres de notre famille. En vivant avec la Sangha, il est possible de guérir de ce sentiment d’isolement. Au village des Pruniers, nous partageons des chambres de trois ou quatre personnes, nous mangeons côte à côte, nous lavons la vaisselle et marchons ensemble … Cela fait grandir notre amour et notre compréhension les uns envers les autres.
Thầy dit souvent que la Sangha est un jardin rempli de toutes sortes d’arbres et de fleurs. Quand nous pouvons regarder les autres et nous-mêmes comme des fleurs et des arbres magnifiques, nous avons une chance de voir grandir notre compréhension et notre amour les uns envers les autres. Une fleur peut s’épanouir au début du printemps et une autre à la fin de l’été, tel arbre peut produire beaucoup de fruits et tel autre être apprécié pour l’ombre qu’il fournit, pas une plante n’est supérieure, inférieure ou égale à une autre. De même, chacun des membres de la Sangha a des qualités qui lui sont propres.
Certes, nous avons tous des zones d’ombre, des faiblesses, mais, si nous pouvons les voir comme un moyen de grandir, alors, nous pouvons apprendre à vivre ensemble en harmonie. Notre pratique c’est de voir que nous sommes une fleur ou un arbre, mais que nous sommes aussi le jardin tout entier. Tout est relié.